Comment conserver ton vrac biologique peu périssable

Au début décembre, on te partageait le coffre à outils #AstucesEnVracNousRire, qui réunit une série de trucs pratiques pour t’aider à maximiser la préparation, l’emballage, le transport et l’entreposage de tes aliments.

Voici un ajout à l’outil existant, qui te donne de l’information exhaustive en matière de conservation des aliments disponibles dans la boutique NousRire, qui bien que moins périssables demandent tout de même quelques petites attentions pour garder toutes leurs qualités nutritives et leur déliciosité.

En te servant du tableau qui suit, tout ira comme sur des roulettes de tiroir bien ajustées et bien huilées! À sa suite, tu trouveras d’autres précieuses informations pour bien prendre soin de tes aliments biologiques en vrac!

Ces conseils sont des lignes directrices mais surtout pas une religion! La matière avec laquelle nous travaillons étant vivante, nos environnements de maison différant de l’un à l’autre, il y aura toujours de petites variantes dans nos expériences de conservation. Puis pour la majorité des aliments, même dépassé la durée mentionnée, ils seront souvent encore bons même si moins frais. À partir d’ici, il en va de nos contextes et jugements particuliers… fie-toi à ton nez!

Règles d’or pour chérir la vie de nos aliments et éviter le gaspillage

Les aliments NousRire sont généralement bien frais, car ils sont renouvelés chaque commande : nous cumulons les quantités requises par les participant.es de toutes les villes, auxquelles on ajoute un léger surplus pour pallier les petites erreurs et dégâts puis accommoder les besoins momentanés lors des périodes d’emballage. Puis ces aliments nous arrivent directement de chez le fournisseur — et, de plus en plus, tout droit de chez le producteur! En appliquant les règles de conservation qui suivent, on donne la chance à nos denrées de rester à leur plein potentiel de saveur, texture et nutrition.

1. Tout mettre dans des pots hermétiques bien propres, comportant une lanière de caoutchouc sur le couvercle

Les pots de type Mason sont idéaux, car ils procurent l’étanchéité désirée en coupant l’air et l’humidité, puis la neutralité du verre ne laisse pas échapper de particules dans la nourriture. Autre raison de les adopter : on a créé un super outil visuel qui te dit quel aliment NousRire va dans combien de pots de ce genre, te permettant ainsi de régler les étapes de préparation, d’emballage, de transport et de conservation d’un même coup!

2. Ranger ses contenants à l’abri de la lumière et de la chaleur

Outre l’air et la lumière qui engendrent l’oxydation responsable du rancissement, la chaleur issue du chauffage ou de l’ensoleillement ainsi que les variations de température peuvent altérer la qualité des denrées, multiplier des bactéries indésirables ou provoquer l’apparition d’insectes comme les mites alimentaires qui viennent parfois se loger dans la nourriture, bio pas bio. Considérant aussi, selon les préceptes biologiques, que ces aliments sont cueillis mûrs et qu’ils ne contiennent aucun agent de conservation, comme c’est le cas pour certains produits standards, ils se conservent donc naturellement moins longtemps dans l’armoire.

 

La zone critique pour le déclin des aliments et la multiplication des bactéries, enzymes et autres microorganismes responsables de leur dégradation se situe entre 4 et 60 °C. La température ambiante d’une maison étant d’environ 20°C et celle d’une chambre froide allant de 7 à 10 °C, on voit l’utilité de réfrigérer ou de congeler les aliments plus sensibles.

 

Au frigo

 

On peut mettre plusieurs de nos aliments secs au frigo. Les exceptions figurent dans le tableau ci-dessus, parmi lesquelles le chocolat : à proscrire impérativement, à moins de chaleur intense! La zone la plus froide du réfrigérateur se situe dans sa partie centrale. Les aliments moins périssables comme ceux de NousRire peuvent être placés en périphérie des tablettes ou sur celles du bas, ainsi que dans la porte.

 

Au congélo

 

Certains des aliments NousRire peuvent aussi être congelés (voir le tableau). Outre le pot de verre, il est judicieux d’opter pour un récipient en silicone qui permet d’éviter le plastique, et il faut privilégier les contenants et sacs conçus pour la congélation, afin de prévenir l’oxydation et le déssèchement. En faire sortir l’air et idéalement choisir un format se rapprochant de la taille des aliments aide aussi grandement. Autre conseil : ne pas recongeler un aliment qui l’a déjà été, car les microorganismes s’y développent beaucoup plus facilement. Sache que la réfrigération et la congélation ont peu d’impact sur la valeur nutritionnelle des aliments, pas plus que dans le garde-manger où ils perdent un peu de leurs nutriments.

Trucs d’ensemble

Pour que ce soit pratique au quotidien et afin d’éviter de surcharger nos appareils pour que le froid y circule librement, il s’agit simplement de placer les quantités qui seront rapidement mangées dans l’armoire, en les mettant aussi bien sûr dans des pots hermétiques.

Bichonner ses aliments biologiques en vrac demande un minimum d’effort qui consiste en somme à prévoir les bons contenants – qui jouent un rôle sur ce que l’on met dedans – et à penser ensemble l’organisation de ses armoires, du frigo et du congélo, en assurant une rotation de ses inventaires.