L’art d’une boîte à lunch zéro déchet

Faire rimer bon et bonté en beauté

C’est déjà dans l’air, septembre annonce le retour officiel des boîtes à lunch pour plusieurs d’entre nous.

L’écoresponsabilité doit aussi animer ce geste alimentaire qui se répète quasi quotidiennement à échelle individuelle et familiale.

Afin d’éviter qu’une panoplie de sacs, contenants et ustensiles soit jetée après dîner, une règle d’or se pose ici d’entrée de jeu, qui se résume en 4 R et 1C : Refuser, Réduire, Réutiliser, Réparer-Recycler et Composter. Devrait s’y ajouter un autre C, pour Cuisiner!

Avec cette base en tête et un peu d’imagination, créer des boites à repas écologiques, pratiques, économiques et sympathiques, c’est à portée de main!

Faits

Les aliments vendus emballés génèrent de grandes quantités d’ordures, ceux offerts en portions individuelles d’autant plus. Le prêt-à-manger vient lui aussi avec son lot d’emballages indésirables, même recyclables. Car recycler c’est bien, mais en s’en tenant seulement au recyclage, on demeure dans le paradigme de la consommation.

Pour créer le contenu de ta boîte repas en mode zéro déchet, le vrac est une panacée. Et en cuisiner le contenu reste le meilleur moyen pour accorder ton bien-être avec celui de la planète! Pour ce faire, assure-toi d’avoir une armoire pleine de bontés santé, pour ne jamais être à court d’aliments ni d’idées pour tes lunchs.

Gestes

Sautés, plats mijotés et soupes froides ou chaudes – ce dhaal musical fera d’ailleurs ton petit bonheur – vont à merveille dans un bocal de type Mason ou Bernardin. Y va aussi très bien une salade en étages avec la vinaigrette au fond, les ingrédients fermes ensuite et ceux plus délicats sur le dessus, qui gardent ainsi toute leur fraîcheur et leur texture. La transparence du verre offre déjà du plaisir à la vue. Plus qu’à verser et à manger!

Un autre idée : revisiter le bol poké à la mexicaine ou à l’indienne, en y mettant des ingrédients crus et cuits pour un maximum de goûts et de textures. Riz, quinoa, pâtes, fèves, noix, pousses, morceaux de craquelins ou autre croustillant, légumes et mêmes fruits peuvent s’y marier en combinaisons infinies, accompagnés de sauces tout aussi inventives à base de tahini, huile d’olive, vinaigre balsamique, sirop d’érable, beurre d’arachides, etc. La boutique NousRire abonde de ces délicieux aliments.

Même chose pour les sandwichs : les options sont multiples lorsque l’on se met à le repenser! Et pourquoi pas le glisser dans un furoshiki japonais? Cet art consiste à emballer nourriture et objets dans un tissu, en faisant un petit baluchon avec celui-ci. C’est facile à réaliser, à partir de textiles aux jolis motifs dénichés au bazar par exemple! Autre fonction : s’en servir ensuite comme napperon, et pourquoi pas, y glisser une serviette en coton pour s’essuyer le bec!

Ça peut aussi valoir la peine d’investir dans une boîte à lunch compartimentée du genre bento : chouette, dure pratiquement à vie et donne une impression de voyage…

Il existe également toute une gamme d’outils qui peuvent entrer dans la composition d’une boîte à lunch écologique, moyennant un certain investissement à visée durable : ustensiles en bambou, pots faits en fibres de plantes, gourdes et pailles en silicone, pellicules réutilisables faites de tissus imbibés de cire d’abeille, etc.

Plus simplement, se constituer une réserve de contenants de formats variés en ne gardant que l’essentiel facilite royalement la vie. Privilégier le verre, l’acier inoxydable, le bois, la céramique et autres matériaux neutres et durables, les tissus de coton ou de lin.

                                       Pas de problème à réutiliser récipients et sacs en plastique encore d’usage : vaut mieux les faire vivre! Et si tu te payes                                        la traite au resto, apporte ton contenant. Plusieurs endroits acceptent désormais de servir leurs mets pour emporter                                        dans le contenant du client. Cela évite d’en ajouter sur la pile de styromousses et autres plastiques souvent non                                         recyclables ou non recyclés.

Mettre le mouvement en marche

Chez NousRire, l’un des gestes posés pour minimiser les déchets polluants que peuvent engendrer les repas a été d’opter pour une cuisine tout équipée, avec les outils, les huiles, les condiments et autres aliments nécessaires, pour permettre aux rieurs.euses qui y œuvrent de popoter leurs repas sur place. L’heure du dîner est devenue un vrai party de cuisine où nous partageons nos astuces, nos découvertes et bien sûr, nos nutritives inventions gustatives!

Olympiades zéro déchet NousRire

Migrer vers des boîtes à repas zéro déchet, de façon viablement durable, demande un peu d’organisation et un certain temps d’adaptation. L’enjeu, c’est de commencer dès maintenant! Ne serait-ce pas merveilleux que chacun.e de nous arrive à faire tenir la totalité de ses déchets annuels dans un pot de verre? C’est possible : Bea Johnson, papesse du zéro déchet, en fait la preuve! Et ici au Québec, tout un réseau s’affaire à donner forme à cette réalité.

Ce pouvoir s’active à chacun de nos gestes bienveillants, posés avec la conscience que notre alimentation fait partie de tout un écosystème sensible dont il faut prendre soin au présent.           

****